RDC : le M23 s’engage pour un cessez-le-feu à partir du 7 mars

La direction du M23 s’est engagée à cesser les hostilités dans toute la région orientale de la République démocratique du Congo à partir de mardi 7 mars à 12 heures.

Le contrôle du respect de la cessation des hostilités sera effectué dans le cadre du mécanisme vérification ad hoc.

Le groupe M23 avait  annoncé qu’il avait accepté un cessez-le-feu comme demandé par le président français Emmanuel Macron, mais dit qu’il se défendra en cas d’attaque.

Le M23 combat depuis longtemps l’armée d’État congolaise (FARDC) et continue d’occuper de nombreuses zones à la périphérie de Goma. 

Le président Macron était pour la dernière fois en RDC la semaine dernière , et a eu un entretien avec le président Félix Tshisekedi. Lors d’un entretien avec la presse, Le Président Macron a demandé à la RDC de ne pas continuer à chercher ailleurs des solutions à ses problèmes.

Le porte-parole du M23, Lawrence Kanyuka, a déclaré qu’ils ont eux-mêmes récemment signé une déclaration acceptant de cesser les combats le 1er avril 2022, et cette année, ils ont cédé à l’armée de l’EAC leurs bases de Kibumba et Rumangabo.

Cependant le porte-parole du M23, Lawrence Kanyuka accuse le gouvernement Congolais de violer les accords de cessez- le-feu , en travaillant avec les génocidaires.

” Nous l’avons fait à Kibumba, nous l’avons fait à Rumangabo, c’est un signe que nous voulons la paix. Mais le gouvernement de la RDC n’a rien fait, tout ce qu’il fait, c’est travailler avec les génocidaires, les personnes qui ont participé au génocide, avec certains Européens et les Maï Maï, en leur donnant des armes pour attaquer le M23. Que tout le monde sache que nous sommes prêts à nous défendre »

Alors que l’Angola qui assure  la médiation entre le gouvernement congolais et la rébellion du M23 annonçait pour ce mardi 7 mars à midi, le cessez-le-feu, des affrontements se poursuivent toujours sur le terrain, dans les territoires de Masisi et de Rutshuru (Nord-Kivu). Des combats ont été signalés depuis dimanche jusqu’à ce lundi dans plusieurs localités de ces deux territoires dont des parties sont sous occupation du M23. 

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *