Breaking:

Un rêve en forme de tir au but, raté !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Un entretien sur l’angoisse de vivre un rêve inachevé pour la capitaine de l’équipe nationale du Rwanda Nibagwire Sifa Gloria.

C’est un grand honneur pour Sifa Gloria Nibagwire de faire partie de l’équipe de football. Dès son petit âge de 12 ans, porter le brassard de capitaine dans l’équipe nationale du Rwanda fut d’elle la jeune fille la plus chanceuse du pays. Néanmoins, c’est un rêve qui ne s’est réalisé qu’à moitié : il lui manque participer un jour à la coupe du monde. “Le rêve le plus fou

A quatre mois de la neuvième édition de la coupe du monde dans une interview émouvante Sifa Gloria Nibagwire qui est dans les vingtaines, joue pour le club de As Kigali Féminine nous fait la grâce de nous partager ses émotions et ses rêves quand on parle de cette coupe du monde.

Journaliste «Pourquoi avoir choisi le football  et tous ses stéréotypes et préjugés envers les femmes? 

Sifa: Je n’ai grandi qu’avec les garçons. Je n’ai jamais eu peur ni honte de jouer au football. Notre maison se situe tout près d’une école secondaire à Kamonyi. Je m’entraînais avec eux, ils me montraient comment réussir son tir au but, comment bien placer un corner  et après un moment donné, l’entraîneur m’a repérée :là où tout a commencé ! Maintenant après douze ans de carrière, je suis parmi les joueuses connues  Je gagne ma vie en jouant.

Fière de ses succès mais triste de rater les plus grands rendez vous du monde de football

Sifa Gloria en action

Journaliste: Douze ans dans un monde dominé par les hommes, quelle est ta plus grande réussite? 

Sifa: Ma fierté, depuis le début de ma carrière ? La chance de porter le maillot de l’équipe nationale, étant capitaine. C’est vrai que l’équipe du Rwanda n’est pas parmi les meilleures. Mais, chaque joueuse y compris  sur le banc de touche, qui rate le dernier tir au but de son club rêve d’être sur la liste. Mon regret ? n’avoir pas la chance de participer au moins une fois comme la coupe d’Afrique ou la coupe du monde.

Journaliste: Que signifie la coupe du monde féminine pour toi?

Sifa: Même si je terminerais ma carrière sans jamais y participer, je suis toujours fière de savoir qu’elle existe. Ça me donne des frissons quand je regarde à la télévision mes sœurs en train de faire l’incroyable. C’est émouvant…mais ce qui est de plus, c’est de voir une femme soulever un trophée :preuve que si tout le monde arrive à comprendre que les femmes ont le même droit de montrer leurs capacités que les hommes, le monde serait meilleur pour tous.

Oui je suis triste de ne pas y être, et je serais angoissée de ne jamais pouvoir jouer une coupe du monde dans ma carrière, mais j’espère qu’un jour…j’y verrais le drapeau de mon pays. Peut-être que je serais vieille…mais, j’y crois …toujours : c’est fou, non !?!

Journaliste: Pour cette neuvième édition, tu seras derrière quelle équipe?»

SIFA:Je suis fan de l’équipe nationale des Etats Unis, de regarder Alex Morgane faire des merveilles avec ses dribbles incroyables.

Cette neuvième édition est spéciale, elle se déroulera entre deux pays, Australie et la Nouvelle Zélande. En plus, comme l’a déclaré le président de la FIFA Gianni Infantino après avoir être réélu pendant le 73ème congrès de la FIFA à Kigali, cette coupe aura comme fond 152 Millions USD, trois fois plus que celle de France il y a quatre ans….»

Related Articles

iBABA Podcast

Articles Recents

Communiqués

Mukeshimana Assoumpta

Short bio